Châle Saoirse
Châle Saoirse

Février 2021

Étole Saoirse*

 

Mes deux grands-mères, Grace Firth et Berthe Doyle, sont d'origine irlandaise. C'est en Irlande que je situe en grande partie mon roman intitulé Gens du Nord. Les voyages de repérage et de recherche que j'ai effectués en 2014-2016 pour préparer l'écriture de ce troisième roman m'ont profondément marquée. En Irlande, j'ai eu l'impression d'être à la maison. 

J'ai construit cette pièce au tricot avec un point de riz, un point de marguerite, un shamrock ajouré (trèfle à trois feuilles emblématique de l'Irlande) et deux tresses latérales (depuis l'adolescence, je tresse mes cheveux longs). Cette étole est un champ fleuri. Je l'ai dessinée et structurée dans mon carnet de notes, puis je l'ai créée une maille à la fois. Le tricot est un travail manuel, comme l'écriture. C'est une histoire d'étoffes. Mon étole se porte comme un châle, une écharpe ou un foulard. Elle a un nom, Saoirse, un mot en irlandais qui signifie liberté

Je tricoterai à la main cinq exemplaires de ce châle pour accompagner la sortie de Gens du Nord. Quatre pièces seront disponibles pour la vente à l'hiver 2021-2022 et je ferai tirer la cinquième. Chaque pièce mesure environ 40 cm (16 pouces) par 152 cm (60 pouces).

Note sur les fibres 

Pour la réalisation des étoles, j'ai choisi soit le mérinos bio* (certifié Global Organic Textile Standard - GOTS), soit un mélange de bébé alpaga et de soie de mûrier non traités. Quatre exemplaires seront disponibles en mérinos (améthyste, lilas, miel et bleu ciel comme le prototype) et un seul exemplaire en alpaga et soie. Les fibres utilisées pour le tricot des châles ne provoquent normalement pas d'allergie chez les gens sensibles (je le suis), mais je ne peux pas garantir que vous ne réagirez pas à la laine ou à la lanoline. Il est toujours possible de porter un léger foulard de soie sous le châle en laine enroulé autour du cou ; c'est ce que je fais avec mes écharpes et mes châles tricotés en laine plus rustique.

Note sur le fait-main

Les petites irrégularités du tricot, s'il y en a dans le produit qui vous sera livré, font partie du charme des objets faits à la main et ne dénaturent en rien le produit fini. Au contraire, elles le rendent à mon sens tout à fait unique. La durabilité d'une pièce tricotée à la main n'est pas compromise par une maille un peu croche ! Les châles sont tricotés dans une maison appartenant à un chat tranquille qui ne joue jamais avec la laine. Les trois membres de la maisonnée, incluant bien sûr le chat, sont par ailleurs non-fumeurs. Les châles sont livrés propres : je les lave à la main avec un savon à la lanoline de la marque Eucalan.

Les pièces tricotées à la main avec des fibres naturelles n'ont pas à être lavées souvent. On peut aussi ne jamais les laver et c'est très bien comme ça... Si le nettoyage est nécessaire, lavez les pièces à la main dans une eau tiède (jamais chaude), si possible avec un savon à laine de type Eucalan, qui ne nécessite aucun rinçage. Essorez dans une serviette délicatement. Séchez la pièce à plat loin d'une source de chaleur. Cette page sur l'entretien des tricots préparée par la boutique de laine française Maison Corlène est complète et je vous la recommande.

Prix

(décomposition du prix)

- Création du patron, lavage et mise en forme de la pièce tricotée : 20 $

- Fibre (100% mérinos bio* (certifié Global Organic Textile Standard - GOTS) ou 70% bébé alpaga/30% soie de mûrier) : 50 $

- Tricot de la pièce (une trentaine d'heures de travail) : 160 $

Frais de port et de manutention, incluant l'assurance : 20 $.

Total : 250 $ par châle*.

 

* Le modèle bleu jeans présenté sur cette page est mon prototype et il n'est pas à vendre. Je l'ai tricoté en mérinos bio non superwash (c'est à dire que la fibre n'a pas été traitée chimiquement comme le sont la plupart des mérinos commerciaux, et le processus pour la teindre est respectueux de l'environnement). Le modèle parme est en bébé alpaga et soie et il est déjà vendu.

 

© Perrine Leblanc